Budo et courtoisie

   Si nous relisons l'histoire des Grands Maîtres, notamment Maître UESHIBA et Maître EGAMI, nous nous apercevons qu'ils avaient comme but initial de devenir le plus fort possible physiquement.


   Néanmoins, en poursuivant la voie qu'ils s'étaient fixés, ils ont abouti à la notion d'"Amour Universel".


   Ainsi pour Maître UESHIBA, "la pratique du Budo consiste à recevoir l'amour de Dieu, qui engendre, protège et met en valeur tous les êtres de la création, à le faire sien et à l'utiliser dans son coeur et dans son corps."


   Alors pourquoi tous ceux qui avaient un tel objectif n'y sont pas parvenus ?


   Chaque budoka est différent et possède sa propre personnalité. Et pourtant la Voie existe en ce moment précis, ici même et nulle part ailleurs.


   Maître MURAKAMI aimait ses élèves et avait pour habitude de leur faire confiance pour la pratique et pour leur attitude dans le Dojo. Toutefois, régulièrement, il créait un "choc" plus ou moins violent pour les réveiller. Il savait ce qu'il faisait. Ceux qui n'aimaient pas être critiqués ne pouvaient pas le supporter et partaient.


   Ce n'était pas l'expression de sa colère ou de sa mauvaise humeur, c'était le moyen pour lui de nous éduquer ! Revoilà le côté « éducatif » du Karaté tel que l'enseignait Maître MURAKAMI : "Le plus important est l'aspect éducatif du Karaté. C'est pourquoi on peut dire que la pratique du Karaté ne s'arrête pas à la porte du Dojo." Une des composantes de cet aspect éducatif est bel est bien la politesse.


   "Le Karaté commence avec la politesse et se termine avec la politesse" disait Maître FUNAKOSHI ou "Si vous n'avez pas de politesse, il m'appartient de vous l'apprendre.", disait Maître MURAKAMI. Mais cette notion de politesse n'est pas propre au Karaté, elle fait partie intégrante des Arts Martiaux. Ainsi, un autre Maître, mais d'Aïkido cette fois, Maître TOHEI, en s'adressant à ceux qui pratiquaient l'Aïkido, expliquait que "Les Arts Martiaux commencent et se terminent dans la courtoisie, non pas seulement de forme mais aussi bien de coeur que d'esprit."


Luís de CARVALHO

   Pour nous, pratiquants du Shotokaï, il est important de comprendre pourquoi ces grands Maîtres ont tant insisté sur la politesse. La véritable politesse vient du coeur et cela se ressent : rien à voir avec le fait "d'être gentil".


   Ainsi, tous les élèves de Maître MURAKAMI devaient le saluer et lui serrer la main en étant debout. Toutefois, lui-même restait assis pour nous saluer, mais il se levait pour saluer un élève ou un responsable qui venait de province ou de l'étranger.


   Je sentais personnellement un grand coeur derrière ce comportement, et non pas un quelconque formalisme.


   "Pour comprendre l'esprit du Budo, il faut arriver avant l'heure des rendez-vous", disait Maître MURAKAMI et si on lui demandait d'expliciter ce que cela voulait dire, il répondait en souriant: "Pratiquez et vous comprendrez" ou "C'est un peu difficile à expliquer ". Sinon, il donnait une réponse qui n'avait rien à voir avec la question.


   Il faut y réfléchir : le Budo serait-il d'abord la politesse et le respect que nous devons avoir des autres?


Luís de CARVALHO (écrit en 1989)   

Contact | Plan du site | Politique vie privée

© 2004-2012 Mushinkai - 無心会 (Tous droits réservés)