Une leçon de Maître « Bucho » Matsumura

   Il est indispensable de comprendre la véritable signification de l’entraînement en art martial. Je précise cette attitude ci-dessous et vous allez bien l'examiner.


   Tout d'abord, les voies de l'étude et de l’art martial sont basées sur un même principe et chaque voie comporte trois espèces.


   Les trois espèces dans la voie de l'étude sont les études de la littérature, de l'exégèse et du confucianisme.


   L'étude de la littérature consiste à se verser dans les belles écritures et elle est utile pour obtenir une meilleure situation sociale et un bon revenu. L'étude de l'exégèse a pour but de mieux comprendre la signification des textes de Confucius et de l'apprendre aux autres. C'est une étude en vue d'une meilleure connaissance, mais par elle vous ne pouvez, pas approfondir la voie. Ces deux études ne permettent que d'obtenir des honneurs dans les lettres et je ne les appelle pas la véritable étude. L'étude du confucianisme consiste à connaître l'essentiel de chaque chose à partir de la voie, à rendre sincère sa propre volonté, à rendre correct son esprit et, par là, à gérer la famille, à gouverner le pays et à le maintenir en paix. C'est cela la véritable étude, l'étude qui convient à un confucianiste.

Maître Sokon Matsumura

Maître Sokon Matsumura
(1797-1889)


   Les trois espèces dans la voie de l'art martial sont l'art martial de l'intellectuel, l'art martial du prétentieux et l'art martial du budo.


   Dans l'art martial de l'intellectuel, on pense aux différents modes d'entraînements et on en change souvent sans approfondir. On connaît des techniques nombreuses, mais la pratique est comme une danse et on est incapable de les appliquer en combat. On est tout à fait superficiel.


   Dans l'art martial du prétentieux, on s'agite beaucoup sans s'entraîner réellement, pourtant on parle souvent de ses exploits glorieux. On cause des bagarres et on offense les autres. Selon les circonstances on risque de se détruire ou de déshonorer sa famille


   Dans l'art martial du budo, on réussit les choses par une élaboration permanente, on reste calme même quand les autres sont agités et on gagne en dominant l'esprit de son adversaire. En mûrissant son art, on arrive à manifester ses capacités supérieures et subtiles, à être sans trouble dans n'importe quelle situation, à ne pas être en dehors de soi. Et s'il s'agit de loyauté et de fidélité envers son seigneur et ses parents, on devient un tigre féroce, un aigle digne ; ayant la rapidité de vision d'un oiseau, on peut vaincre n'importe quel ennemi.


   L'objectif de l'art martial consiste à dominer la violence, à rendre inutiles les soldats, à protéger le peuple, à développer la qualité de la personne, à assurer au peuple la tranquillité, à créer une harmonie entre les groupes et ensuite à accroître les biens de la société. Ce sont les sept vertus de l'art martial dont le Saint Maître (Confucius) fait l'éloge. Ainsi le principe est unique pour l'étude et pour l'art martial. Inutiles sont les arts martiaux de l'intellectuel et du prétentieux. Je désire que vous poursuiviez, dans le sens de l'art martial du budo et soyez, capable de réagir convenablement selon les situations changeantes et de les dominer.


   J'ai écrit ci-dessus sans aucune réticence, car c'est avec cet esprit que vous devez continuer à approfondir votre entraînement.


Buchô Matsumura   

Contact | Plan du site | Politique vie privée

© 2004-2012 Mushinkai - 無心会 (Tous droits réservés)