Hayward Nishioka


   Extrait d’un article relatant la visite d’un judoka de haut niveau (issu de la première génération d’immigrés japonais aux Etats-Unis) au Japon dans les années 60. Ce judoka a eu la chance de rencontrer Maître Egami et Maître Ueshiba.


   « La personne qui fit la plus grande impression sur lui fut un professeur de karaté qui s’appelait Shigeru Egami. Egami, ainsi que le décrit Nishioka, est un homme complètement serein. Il est très avancé dans la technique du karaté, il est puissant, d’une rapidité presque invisible et il peut accepter n’importe quelle poussée ou coup sans fléchir, mais ses plus grandes qualités résident dans le monde du spirituel, produit combiné du karaté et de la méditation. Ainsi pendant une partie de l’entraînement, dans son Dojo, les élèves doivent s’aligner assis les yeux bandés. Le sensei (professeur) se tient devant eux avec un bokken (un sabre en bois) et les attaque au hasard. Les yeux bandés, ils doivent pressentir quand c’est leur tour et éviter l’attaque, et ne pas broncher quand ce n’est pas leur tour. Egami peut réaliser cela les yeux bandés mieux que quiconque le ferait les yeux ouverts.


   Selon Hayward (Nishioka), Egami, un jeune homme d’une trentaine d’années, était détendu et amical avec ses élèves. Une nuit, après une soirée dans le Dojo, il dormait au bord du tatami. « Quelqu’un dans la pièce avait du décider de lui sauter dessus », dit Hayward, « car il rit et sans ouvrir les yeux il dit « Oh non vous ne devez pas, je ne suis pas saoul ! »

Maître Murakami avec certains de ses étudiants de karaté ŕ Zagreb

Maître Egami


   Il relate une histoire similaire. Un ami judoka de ses débuts vint dans une école d’aïkido à Tokyo pour voir en quoi consistait cette forme de zen ju-jitsu. Il fut invité à venir sur le tatami avec les autres élèves. Le fondateur et maître, Morihei Ueshiba, un homme d’environ quatre-vingt ans avec une longue barbe blanche, se tenait devant le groupe et repoussait les attaques des élèves les unes après les autres.


   A l’instant où le judoka décida que le vieil homme ne devrait pas être trop difficile à projeter, le vieil homme se retourna et lui fit signe d’attaquer. Il se rua en avant et porta un coup, et ne sentit rien, pas de blocage, pas d’opposition, pas de vieil homme, mais il vola à travers les airs et retomba sur ses fesses environ dix pieds plus loin. Quand il regarda en arrière par dessus son épaule le vieil homme était parti. Il regarda par dessus son autre épaule et parti.


   Après l’avoir projeté, le vieil homme s’était placé juste derrière lui. Juste lorsqu’il regarda par dessus son épaule, le vieil homme sortit de son champ de vision, juste lorsqu’il regarda de l’autre côté le vieil homme se déplaça de l’autre côté. L’effet le rendit invisible.


   « Je parlais avec maître Ueshiba, » dit Hayward, « et je jure qu’il pouvait lire dans mes pensées ; il semblait savoir ce que j’allais dire avant que je ne le dise. ». D’autres ont eu la même expérience.




Contact | Plan du site | Politique vie privée

© 2004-2012 Mushinkai - 無心会 (Tous droits réservés)