Sérignan 1977 – Un témoignage

   "La pratique du Karaté doit être telle qu'elle puisse être accessible à tous, aussi bien aux vieux qu'aux jeunes, aussi bien aux femmes, aux enfants qu'aux hommes".

   Gichin Funakoshi



   18 -30 juillet 1977 - Camp d'entraînement à Sérignan pour Karatékas venant de France, d'Allemagne, d'Italie, de Suisse, 60 participants en­viron, sous la direction de Maître Murakami et de ses assistants : MM. Michel Hsu, Nguyen The Tam, Bui Xuan Quang.


   Je suis une femme, titulaire du grade 6e Kyu en Karaté. Les impressions que j'ai eue en cours sont certes très subjectives mais ce qui a compté avant tout, c'est l'esprit collectif qui a animé ce stage: ensemble nous avons travaillé, ensemble nous avons été heureux et quelque fois angoissés devant les objectifs que le Karaté nous a imposés.


   La motivation de se consacrer une ou même deux semaines au Kar até est due certainement aux cours de nos clubs respectifs, la décision d'entreprendre l'aventure "Karaté", d'acquérir la pratique de cet art en nous y adonnant corps et âme, loin de toute curiosité superficielle, de toute recherche du sensationnel, est personnel à chacun d'entre nous.

 


Murakami Sérignan 1977


   L'art, que ce soit les arts martiaux, la peinture, la poésie ou la musique, concerne l'homme dans sa totalité, et exige une union parfaite d'un savoir technique et d'un esprit sans préjugé, qui permettent alternativement de se rapprocher du but, à savoir pouvoir pratiquer cet art. Donc en route !


   Le cadre extérieur: Sérignan-plage est un terrain da camping dans le midi de la France avec d'innombrables et joyeux vacanciers, des jeunes, des vieux, des enfants, des animaux domestiques, des boutiques, des restaurants et la longue plage de sable.


   Presque tous les participants arrivent la veille pour pouvoir monter leur tente, se familiariser avec le cadre et enfin prendre un peu de distance par rapport à la vie quotidienne. Beaucoup d'entre eux se connaissent déjà pour avoir fréquenté les mêmes cours et peuvent échanger leurs nouvelles expériences devant un café ou une glace. Les novices, comme moi ont ainsi un avant-goût de l'esprit du stage.


   Les différences d'opinions et de vécu s'effacent le lundi matin à 7 heures au cours pour les grades 5e et 6e Kyu, à la plage règne une atmosphère de concentration particulière. Le sable est doux et frais, la gris-rouge grâce à la lumière de l'aurore ; l'air frais est piquant, les corps (mais les têtes aussi) des karatékas sont encore engourdis, le matin si tôt. Tout ceci contribue à produire une attention soutenue et une disponibilité, testées dès le début de la gymnastique par une course dans le sable. Quelle différence avec le Dojo !


   Etre soudain dans la nature, la terre sous les pieds. Cela va d'ailleurs bien dans le sens des paroles de Maître Murakami : "Soyez naturels, naturels, décontractés, respirez profondément du Centre, du Hara." On peut atteindre ce centre immobile, où l'attaque et la défense prennent leur source, en s'engageant totalement et en suivant un traînement spartiate. On doit tous en passer par là, que l'on soit du grade 6 ème Kyu ou Dan, nous devons tous franchir nos propres limites, pour pouvoir éprouver nos capacités, c'est un processus infini. Maître Murakami dit: " Ce qui compte, ce n'est pas la couleur de la ceinture, c'est de travailler".

 

   Après la gymnastique, Maître Murakami nous introduit dans les différentes techniques de l'attaque et de la défense, oi-zuki, mae-­geri, age-uké, soto-uké, uchi-uké, etc... Voici un exemple un peu plus détaillé : celui du oi-tsuki, le coup dit équilatéral, qui tire sa force du mouvement précipité du corps, par étirement énergique de la jambe de soutien, par un coup qui ne part pas de l'épaule mais du Hara .


   Le Shotokai nous en fait voir de toutes les couleurs à nous les débutants avec l'exercice de la position du corps extrêmement basse.-"plus bas, plus bas" dit le Maître, nous reprenant et nous exhortant à la fois. Nous n'arrêtons pas de faire des oi-zuki à droite et à gauche. Toutes les parties du corps doivent travailler en synchronisation les unes avec les autres, rapidement, énergiquement, avec naturel, d'une mani­ère détendue, libre, tout doit venir du centre. On sent les premiers signes de fatigue- peu à peu nous arrivons à exécuter des mouvements réfléchis et souples et à un moment même, nous, débutants, nous réussissons (entièrement occupés à la technique) à ne plus penser; les assistants nous surveillent attentivement et nous corrigent- l'école de la rigueur est dure. Maître Murakami dit:"Il faut développer un si­xième sens". La situation devient parfois surréaliste- le souffle saccadé des karatékas se mêle au clapotement faible des vagues, la mer et l'horizon se confondent, tout devient mouvant, l'espace est vide et plein à la fois, nous commençons à comprendre les lois de l'har­monie, pas de mouvement inutile, oi-tsuki, l'attaque se fait avec la jambe qui avance, rapide, énergique, décontracté. La deuxième partie de l'entraînement du matin ce sont les exercices avec des partenaires – Kumité. On exerce ses yeux. Que veut mon adversaire, quand attaque-t-il, comment attaque-t-il ; patiemment nous construisons les fondements du Karaté. Le Kumité, c'est une préparation au combat. Le combat a commencé et déjà des signes de fatigue apparaissent dans les jambes, toujours des difficultés de concentration, les attaques et les défenses sont imprécises...tenir, tenir nous dit une voix intérieure et le soleil est déjà plus haut dans le ciel; 8 heures, les participants de grades plus élevés arrivent à la plage et se préparent à faire la gymnastique. Quel soutien moral! Heureux de nos efforts et de notre engagement, nous avons compris que la première heure d'entraînement touche à sa fin.


   L'ambiance est déjà créée, les Karatékas, en travaillant ensem­ ble ont noué des rapports entre eux ainsi que les maîtres et les élèves. Les assistants du maître surveillent nos premiers pas sévèrement mais gentiment. Maître Murakami termine l'entraînement avec le Seiza. Dans un mouvement particulièrement coulant, il s'assied sur les talons, détendu, le haut du corps droit, centre de son corps et de son esprit, il s'élève comme une colonne dans le sable, un vrai monument d'harmonie, là, présent. Nous sommes assis en Seiza, le regard droit devant nous, respirant calmement... loin, loin devant nous s'étend l'eau.


   Je suis le cours des degrés avancés avec l'objectif de ma ca­méra. J'aimerais bien saisir chaque phase du mouvement oi-zuki qui vient du Hara. Maître Murakami suit les efforts des karatékas avec un oeil critique, le Maître corrige ses assistants, les professeurs se font élèves. On travaille patiemment, chacun cherche à sortir de soi-même, en­tièrement concentré sur le combat, regardant attentivement l'adversai­re, pour savoir quand et comment il passe à l'attaque. Je suis mainte­nant spectatrice et reporter, il y a une demi-heure, je m'efforçais d'atteindre le même but qu'eux à un niveau inférieur- accompagnée de pa­roles de Maître Murakami : "C'est sûrement intéréssant de pratiquer le Karaté comme un sport. Mais le Karaté peut signifier encore plus si nous essayons d'aller encore plus loin, d'avoir une plus grande efficacité qui nous permettra de nous reconnaître dans nos efforts, de combattre nos défauts et d'apprendre à estimer les autres. Nous arriverons à une certaine paix intérieure, qui rejaillira sur notre environnement et nous pourrons alors peut-être contribuer à notre manière à la paix et à une meilleure qualité de vie."


   Jusqu'à 17h30 repos. Après un petit déjeuner copieux, au cours duquel nous avons échangé nos expériences, nous allons en petits groupes à la plage, dans les magasins ou au bistro. Nous observons l'affairement bigarré des estivants, nous sommes nous-mêmes des vacanciers, nous nous régalons de cuisine française au restaurant et nota bene, nous ne pouvons nous empêcher de boire un peu de vin.


   Au cours du repas, nous ne nous faisons pas seulement part de nos expériences sportives, car dans chaque karatéka, il y a un homme au caractère divers avec ses intérêts, ses besoins, ses joies et sou­cis. Je pense que pendant une semaine d'entraînement comme celle-ci, on peut développer son côté proprement humain, l'échange personnel sur nos expériences nous encourage à nouer de nouveaux rapports avec le karaté en tant que sport et école de caractère, nous encourage à nous battre dans le sport et dans la vie. Un coup d'oeil sur ma montre, 17 h à 17h30 l'entraînement reprend, j'ai le trac, mes camarades femmes aussi (hélas, nous ne formons qu'une minorité au milieu des hommes) ; le soleil est haut dans le ciel, à la plage la baignade bat son plein, on sue, pourtant le cours n'a pas encore commence, les assistants font l'appel, pas question de manquer, la gymnastique est la même que ce matin sauf que maintenant il faut sauter « en canard » et beaucoup savent ce que d'effort, d'énergie, de volonté ce genre d'exercice exige, surtout de la part des débutants. beaucoup de spectateurs devai­ent nous regarder bouche bée en se demandant ce que cet entraînement avait à faire avec le karaté- pas de coups et de sauts spectaculaires, mais une dure école de base, qui exige do chacun le dépassement de soi-même, la persévérance et une confrontation sans merci avec soi-même.


   Après la gymnastique, tous les élèves se mettent en rang suivant la couleur de la ceinture, les titulaires des kyus les plus élevés à droite. On s'entraîne par équipe, avec début et fin en seiza.


   On s'exerce maintenant au kata, c'est une série d'attaques et de défenses faite dans un ordre établi à l'avance. Le concept de totalité qui joue un rôle si important dans le Karaté est travaillé étape par étape. C'est un vrai spectacle d'observer en seiza de temps en temps un groupe du cours supérieur, cela nous fait soudain penser à un ballet quand celui-ci, plein de dynamique exécute des mouvements gracieux, et un Kata parfait sur le plan technique. Enthousiasmés par cette pure impres­sion visuelle, nous recommençons à travailler.


   Une heure et demie s'écoule au sens propre dans le sable, nous sommes de nouveau en Seiza et le premier jour touche à sa fin. Cette journée racontée en détail est un exemple de tout le stage. La première impression est toujours consciemment ou inconsciemment un événement très marquant pour la suite du stage. Nos Maître et Profes­seurs prennent leur tâche très au sérieux, ils travaillent avec, mais surtout pour nous. La flamme de l'enthousiasme se transmet de coeur en coeur, nous sommes toujours prêts à suivre le chemin que nous avons choisi: Celui de considérer le Karaté non seulement en tant que sport mais en tant qu'école de caractère. Cette question d'un enfant de six ans qui suit le cours les yeux tout brillants, est significative:"Par­ don, qui est le professeur ici ?" N'est-ce pas la meilleure description possible du stage ? Maître et élèves forment une unité, nous sommes tous prêts à recommencer ensemble, désintéressés et à s'élever à la spiritualité.


   Ainsi nous répondons aux questions concernant le sens et la finalité du Karaté : Présence d'esprit, vivacité, vérité.


   "Etre touché par la Vérité au-dessus de toutes vérités, par l'origine informe de toutes les origines, par le Rien qui est pourtant 'bout et s'engloutir en eux pour renaître".¹


   En ce sens, nous nous réjouissons de notre prochain stage à Sérignan !


Eva Schürch   


   ¹ Eugen Herrigel. – Le Zen dans l’art du Tir à l’Arc

Contact | Plan du site | Politique vie privée

© 2004-2012 Mushinkai - 無心会 (Tous droits réservés)