Introduction

   Nous alons présenté quatre familles de techniques :


   - les tsuki-waza ou attaques directes des membres supérieurs présentent des trajectoires courtes : les techniques sont donc rapides. Le corps se déplace dans le sens de l'attaque ce qui renforce sa puissance.


   - les uchi-waza ou attaques indirectes des membres supérieurs présentent une trajectoire plus longue. Elles sont donc plus lentes que les zuki-waza. Elles sont parfois des techniques idéales lorsqu'une attaque en zuki n'est pas possible, comme lorsque le corps pivote pour se dégager d'une saisie ou que l'on contre-attaque avec le poing ayant fait la défense (ex. taisho puis koken-uchi). Elles permettent également de toucher des points qui ne sont pas sur la trajectoire d'un zuki ou qui peuvent s'y soustraire. Il est plus facile d'esquiver un zuki porté à la gorge (quelques centimètres suffisent) qu'un shuto-uchi.


   - les keri-waza ou attaques des membres inférieurs présentent deux avantages énormes. Tout d'abord, leur puissance est plus grande que celle des techniques de bras, la masse musculaire mise en jeu étant beaucoup plus importante. D'autre part, l'allonge est sensiblement plus importante que lors d'une technique de poing. Par contre, en cas d'échec, ces techniques sont plus dangereuses pour l'attaquant, une saisie entraînant de façon quasi irrémédiable une perte d'équilibre. Un manque de souplesse coxo-fémorale réduit par ailleurs l'efficacité de ces techniques.


   - les uke-waza ou défenses peuvent difficilement se comparer aux techniques d'attaque, même si du point de vue de la gestuelle, elles se rapprochent (et parfois se confondent avec) des uchi-waza. Lors de l'utilisation de ces techniques, il est donc important de réduire le temps de réaction face à l'attaque : l'idéal étant d'anticiper, c'est-à-dire de lancer la défense dans le laps de temps où l'attaque est décidée mais pas commencée. Cette notion, appelée IRIMI, est recherchée lors de toutes les techniques de défenses ou d'esquives.



   Remarque : De façon générale, on aurait pu scinder les techniques de bras en techniques de mains ouvertes et de mains fermées, l'avantage de garder la main ouverte étant de pouvoir évoluer facilement vers une saisie. Par contre, les risques de blessures aux doigts sont plus importants.



Gérald LEFEBVRE   



   Gérald LEFEBVRE nous propose sa description des techniques Shotokaï telle qu'il l'a présentée pendant la préparation du B.E.E.S. Celle-ci n'engage que son auteur.

Contact | Plan du site | Politique vie privée

© 2004-2012 Mushinkai - 無心会 (Tous droits réservés)